Les conseils de lecture du jury du Prix Planète SF pour l’été

Celebrating the 30th birthday of the IKEA BILLY bookcase on Bondi Beach, Sydney, Australia

L’été est là ! Bientôt vous aurez du temps à vous pour lire, lire, liiiire ! Le jury se propose donc de vous conseiller quelques titres, si jamais vous aviez une panne d’inspiration estivale, ce qui arrive même aux meilleurs.

1

14 de Peter Clines, un roman fantastique surprenant, très Quatrième Dimension : Après avoir emménagé dans un appartement d’un vieil immeuble de Los Angeles dont le petit loyer est à la hauteur de ses maigres moyens, Nate Tucker est confronté à des situations étranges : des portes cadenassées, des cafards mutants, etc. Il mène l’enquête et découvre, accompagné de voisins tout aussi effrayés que lui, que cet ancien bâtiment renferme les restes d’un passé terrifiant.

Dune de Frank Herbert, un classique de la SF à lire sur le sableDans des mondes futurs, Atréides et Harkonnens se disputent l’exploitation de l’épice sur Dune, planète hostile peuplée de Fremens et d’immenses vers attirés par les impulsions des moissonneuses. Alors que les cruels Harkonnens complotent avec l’empereur, Paul Atréides, le fils du duc Leto, semble être le messie attendu par les Fremens.

Hollywood Monsters de Fabrice Bourland, un roman de la série des Détectives de l’Occulte : Los Angeles, décembre 1938. Andrew Singleton et James Trelawney, deux détectives de l’étrange, décident de partir en villégiature en Californie pour retrouver un vieil ami de faculté, Stuart Dauncey. Alors qu’ils reviennent d’une soirée, leur voiture manque de renverser un homme sorti de nulle part, recouvert d’une fourrure comme un loup garou. Le cadavre d’une femme est retrouvée non loin de là.

L’Obsession de James Renner, un thriller SF prenant et à l’évolution atypique : On l’appelait l’Homme de Primrose Lane : il vivait reclus dans une petite ville de l’Ohio et on ne lui connaissait ni famille ni amis. Été comme hiver, il portait des moufles. Son assassinat frappe le voisinage de stupeur.  Et si sa mort apparaît inexplicable, l’existence qu’il a vécue se révèle plus mystérieuse encore. Son identité, en effet, était fausse. Son train de vie était des plus modestes, alors que son compte en banque abritait une véritable fortune. Depuis des années, il tenait un journal relatant les moindres faits et gestes d’une jeune fille du voisinage. Qui était vraiment l’homme de Primrose Lane ? Et pourquoi l’a-t-on assassiné ? Quatre ans après les faits, hanté par les fantômes d’un passé douloureux, l’écrivain David Ness, décide de consacrer son nouvel ouvrage à cette étrange affaire jamais résolue. Mais son enquête, qui prend bientôt un tour des plus imprévus, se mue petit à petit en obsession fiévreuse – une obsession qui va le mener aux portes de la folie.

6

L’Océan au bout du chemin de Neil Gaiman, un roman fantastique court mais éblouissant : Un jeune homme revient sur les lieux de son enfance et voit ses souvenirs refaire surface avec une précision déroutante : le suicide d’un locataire, sa rencontre avec une petite voisine prénommée Lettie, etc. Une réflexion autour de la mémoire, de l’oubli et sur ce qui demeure en chacun de l’enfance.

L’Opéra de Shaya de Sylvie Lainé, un recueil space-opera original : So-Ann, née dans un vaisseau spatial, a du mal à s’habituer aux coutumes étranges et contraignantes des mondes où se sont établis les humains. Alors quand elle entend parler de Shaya, cette planète où la faune et la flore sont en totale empathie avec ses visiteurs, elle n’hésite pas une seule seconde. Mais en vérité, qui s’adapte à qui ? Quels mystères se cachent dans ce monde qui semble idéal ? L’Opéra de Shaya est un space opera envoûtant et magique, accompagné de trois autres nouvelles tout aussi fortes et sensibles.

La vie comme une course de chars à voile de Dominique Douay, un roman complètement halluciné et très dickien : Dans le cadre des îles anglo-normandes, qu’un dôme protège d’obscures menaces extérieures, François Rossac mène une existence privilégiée. L’argent, les filles, la gloire : tout lui glisse des mains avec facilité. Dans sa catégorie — le char à voile de compétition — il est le meilleur. Trop beau pour être vrai : cet univers paresseux s’effrite sous les yeux de Rossac. C’est d’abord une piste dont il ne reconnaît pas le tracé, des scènes dont ses amis n’ont aucun souvenir, un subtil changement du décor quotidien, de mystérieux personnages qui semblent surgir de son passé pour lui arraché un aveu…[…] Le monde est une peau de chagrin, constate Rossac qui doit, seul, partir à la découverte de la réalité. Mais comment distinguer la vérité de l’illusion, dans cette société de l’an 2000 qui paraît livrée tour à tour aux généraux, aux sectes millénaristes, aux sociétés multinationales ? Qui est Rossac ? Un schizophrène, un manipulateur, ou un rêveur qui lentement s’éveille à une étrange réalité ?

Les Pilleurs d’âmes de Laurent Whale, une lecture SF détente : 1666… « Les grosses balles de plomb claquent sur le bois de la chaloupe. Je prends conscience que j’ai de l’eau jusqu’aux chevilles. Peu importe : c’est un voyage à sens unique. Plonger, tirer, plonger, tirer… Un choc sourd. Nous avons touché. — Lancez les grappins ! À l’abordage ! » Suivez les pas de Yoran Le Goff dans ce trépidant roman d’aventures où espionnage intergalactique se mêle à la flibuste du XVIIè siècle, et à ses marins gouailleurs !

4Lettres à Lucilius de Sénèque, philosophie intemporelle : d’un abord facile pour le néophyte, chacun pourra y trouver des réflexions qui lui parleront et le feront réfléchir. Si le format épistolaire est moins facile d’accès qu’un ouvrage calibré avec une structure moderne, ce petit livre a plus de qualités que l’immense majorité des livres de développement personnel.

Narcose de Jacques Barbéri, c’est un peu comme un polar futuriste écrit par un Lewis Caroll ayant piqué la came de P.K. Dick, aidé dans ses délires d’écriture par Terry Gilliam : Narcose, ville-rêve…, Anton Orosco artiste de la magouille, doit fuir. Son salut passe par l’extrados, la zone urbaine des marginaux peuplée par une faune étrange, décalée, où les lolitrans croisent des humains à tête d’animal. Mais se cacher est inutile. Autant changer de corps. En s’embarquant dans une course à la chirurgie plastique, Anton ne pensait pas finir dans la peau d’un lapin. Ni rencontrer Célia, l’adolescente mystérieuse capable de franchir l’envers du décor. Bourré d’amphécafé et de scotch-benzédrine, Anton traverse à toute allure un univers grouillant et instable. En quête d’une issue, d’un plancher tangible. Car à Narcose, lorsqu’on tombe, c’est peut-être le sol qui monte.

Sans âme de Gail Carriger, une bit-lit intelligente, légère et drôle : Lors d’un bal, alors qu’elle s’était éclipsée dans la bibliothèque, Alexia Tarabotti, célibataire endurcie dont la particularité est de ne pas avoir d’âme, est attaquée par un vampire. Elle le tue d’un coup d’ombrelle. Lord Maccon, bel Ecossais et loup-garou, est envoyé par la reine Victoria pour enquêter sur l’affaire.

Skin Trade de George R.R. Martin, un polar fantastique à l’atmosphère angoissante : Le détective privé Randi Wade enquête sur une série de crimes particulièrement atroces. Un tueur dépèce ses victimes, un modus operandi qui évoque à Randi le meurtre de son propre père, quelques années plus tôt. Un roman policier mêlé de fantastique.

5Sovok de Cédric Ferrand, une uchronie soviétique qui vous rafraîchira : A Moscou, dans un futur imaginaire, Manya et Vinkenti travaillent comme urgentistes de nuit. A bord de leur ambulance volante, le couple d’ambulanciers observe l’agonie économique et politique de la société russe, ainsi que la dégradation de leurs propres conditions de vie. Un soir, leur compagnie leur confie Méhoudar, un stagiaire.

Stoner road de Julien Heylbroeck, pour ceux qui aiment la chaleur et le rock : Josh et Luke enquêtent sur la disparition de l’ex-compagne du premier et de la soeur du second. Elles ont toutes deux participé au concert d’un mystérieux groupe dans le désert, ce qui constitue le point de départ de leurs recherches. Peu à peu, Josh, toxicomane, semble être sous l’emprise d’une puissante entité.

Nous vous souhaitons d’excellentes lectures estivales !

N’hésitez pas à venir les partager avec notre communauté sur le forum 😉

Mise à jour du règlement : le choix des forumeurs

A compter de l’édition 2015, les forumeurs Planète-SF sélectionneront un des quatre ouvrages de la short-list.

Le nouveau règlement du Prix invite les forumeurs, durant la première quinzaine de juin, à choisir l’un des ouvrages nominés. Le jury choisira donc un ouvrage de moins que précédemment.

Soyez nombreux à participer !

Tous les détails techniques se trouvent sur la nouvelle page Règlement.

Enjoy !

Planète-SF, leader d’opinion sur smartphones

Swingli

Grande nouvelle !

Le jury du Planète-SF devient un leader d’opinion (un influenceur dans le langage Swingli).

Contacté par les créateurs de l’appli Swingli, nous avons répondu positivement à leur demande.

Cette appli, disponible sur AppStore et bientôt sur Google play, centralise les conseils culturels d’un certain nombre de médias aussi innovants qu’influents et les met à disposition des utilisateurs, partout, tout le temps. L’appli est encore en phase de finalisation.

On peut aussi retrouver Swingli sur Facebook sur la page Swingli, où apparaitra bientôt le premier conseil de Gromovar, en attendant les suivants, au rythme d’un par semaine environ.

Pour conclure, que dire sinon Stay Tuned !

Les livres éligibles au Prix 2015 les plus chroniqués par les blogueurs du Planète SF

Les blogueurs du PSF sont actifs ! Autant vous dire qu’ils éclatent ce récent sondage, dont ils parlent d’ailleurs par ici 😉

Voici la liste des livres éligibles pour le Prix Planète SF 2015 qu’ils ont le plus chroniqués pour le moment (les livres entrant dans les critères du Prix et à paraître jusqu’au 31 mai 2015 ont encore leur chance) :

plus-chroniques-2

American Fays d’Anne Fakhouri et Xavier Dollo : Cédric, Cornwall, Doris, Lorhkan, Xapur, Lune, Elessar, Jae_Lou, Vert, Baroona sur le fil dédié !

Bird Box de Josh Malerman : Cornwall, Lelf, Lune, Degemermat, Acr0 sur le fil dédié !

Le Château des millions d’années de Stéphane Przybylski : Cornwall, Vert, Gromovar, Anudar, Cédric, Mariejuliet  sur le fil dédié !

Dominium Mundi Livre 2 de François Baranger : Baroona, Cornwall, Lune, JainaXF, Julien  sur le fil dédié !

Drift de Thierry Di Rollo : Cornwall, Plume, Space-Opera, Julien, Lhisbei, Lune sur le fil dédié !

L’Éveil du Léviathan de James S.A. Corey : Anudar, Elessar, Julien, Gromovar, Herbefol, Lorhkan, Lune sur le fil dédié !

Je suis ton ombre de Morgane Caussarieu : Cornwall, Gromovar, Nighthaunter, Xapur, Lune, Acr0 sur le fil dédié !

L’Éducation de Stony Mayhall de Daryl Gregory : Gromovar, Nighthaunter, Plume, Cornwall, Lune, Tigger Lilly, Elessar, Efelle sur le fil dédié !

L’Océan au bout du chemin de Neil Gaiman : Lelf, Vert, Cédric, Gromovar, Anudar, Plume, Nébal, Lune, Xapur, Julien sur le fil dédié !

Le Cercle de Farthing de Jo Walton : Gromovar, Cornwall, Lune, Lorhkan, Julien, A.C.de Haenne, Mariejuliet sur le fil dédié !

Les Derniers jours du paradis de Robert Charles Wilson : Cédric, Gromovar, Julien, Lorhkan, Xapur sur le fil dédié !

Notre-Dame des Loups d’Adrien Tomas: Cédric, Lune, Nighthaunter, MqlSz, Xapur sur le fil dédié !

Silo Origines de Hugh Howey : Gromovar, Lorhkan, Lune, Lelf, Julien sur le fil dédié !

Sovok de Cédric Ferrand : Gromovar, Lune, Cornwall, Lhisbei, Cédric sur le fil dédié !

Tétraméron de José Carlos Somoza : Gromovar, Lorhkan, Anudar, Lelf, Lune sur le fil dédié !

Thinking Eternity de Raphaël Granier de Cassagnac : Degemermat, Julien, Alias, Mariejuliet, Xapur, Cornwall sur le fil dédié !

Trois oboles pour Charon de Franck Ferric : Julien, Doris, Lorhkan, Gromovar, Bademoude, A.C. de Haenne, Cédric sur le fil dédié !

Un éclat de givre d’Estelle Faye : Cédric, Cornwall, Lune, Nighthaunter, Plume, Gromovar, Baroona, Julien sur le fil dédié !

Plus-chroniques-1

Le Cercle d’Atuan et ses lectures communes s’installent sur le Planète SF !

atuanDepuis le mois de février, Le Cercle d’Atuan a pris ses quartiers définitifs sur le forum du Planète SF sous la houlette de Vert.

Le Cercle d’Atuan permet d’organiser des lectures communes. Chaque mois, les lecteurs proposent chacun un ouvrage, puis votent pour sélectionner la lecture du mois suivant. Chacun peut ensuite commenter sa lecture au fur et à mesure et en discuter avec les autres lecteurs. Une belle expérience !

En février, les Atuaniens ont lu un classique, Tous à Zanzibar de John Brunner.

En mars, c’est L’Échange d’Alan Brennert, une uchronie personnelle, qui a été choisi.

Pour avril, les votes viennent de se terminer, c’est Lignes de vie de Graham Joyce qui a été retenu.

N’hésitez pas à nous rejoindre ! (Pour plus d’infos)

Noël approche : les suggestions du jury

Joyeux Noel zombie

Aucun doute, Noël est proche. Qu’offrir aux parents, aux amis, aux meilleurs ennemis ?

Le jury du PSF et cet aimable Père Noël se sont creusés les méninges pour trouver de bonnes idées de cadeaux. Voici donc quelques livres, BD, films qu’on peut offrir sans risque de tomber à côté.

L’avantage est double pour celui qui tirera une idée de cette liste. D’une part, il n’y trouvera que du bon, certifié PSF. D’autre part, si le cadeau ne plait pas, il pourra faire porter la responsabilité au jury du PSF. On gagne à tous les coups.

Voici donc, par catégories et dans l’ordre alphabétique (avec parfois info et/ou lien), la liste de Noël du PSF :

Livres :

FictionsNoelPSFsmall

 

Anno Dracula, Kim Newman, Dracula a épousé la reine Victoria pour… le pire.

Complications, Nina Allen, un recueil de nouvelles construit comme un mécanisme d’horlogerie fine.

Destination Ténèbres, Franck M. Robinson, (space-opera / Poche, éditions Folio SF) : un excellent space-opera doublé d’un thriller intelligent. Il est porté par son narrateur à la recherche de ses souvenirs. L’intrigue de ce huis-clos est excellemment menée par l’auteur, qui crée un contexte crédible, tant du point de vue de la technologie futuriste frappée d’obsolescence que des changements sociologiques induits par un voyage interstellaire de deux millénaires.

Dune, Frank Herbert, Faut-il le présenter ?

Je suis ton ombre, Morgane Caussarieu, une réécriture aussi contemporaine qu’intemporelle du mythe vampirique.

La petite déesse, Ian Mc Donald, un très bon recueil de nouvelles de SF.

L’océan au bout du chemin, Neil Gaiman, sur l’impuissance enfantine face au monde, surtout s’il est surnaturel.

L’opéra de Shaya, Sylvie Lainé, pour ses rencontres extra-terrestres atypiques.

Manesh, Stefan Platteau, fantasy mythique.

Mordred, Justine Niogret, fantasy historique.

Notre-Dame des loups, Adrien Tomas, court, fun, nerveux, un western lycanthrope.

Terminus radieux, Antoine Volodine, post-apo post-soviétique fantastique et crépusculaire.

Terremer, Ursula Le Guin, parce qu’un classique sous le sapin c’est bien.

Vongozero, Yana Vagner, (post-apo / Grand format, éditions Mirobole) : roman post-apocalyptique réaliste, prenant et sous tension permanente. Il prend la forme d’un road-trip dans l’hiver russe. Plein d’excellents ingrédients anxiogènes, c’est sans aucun doute un des meilleurs post-apo de l’année.

BD, albums solos ou séries:

BDnoelPSFsmall

 

Série D. 3 tomes, série terminée. Une belle réinterprétation de Dracula.

De cape et de crocs, tome 11 (et les 10 qui précèdent). La plus belle plume de la BD française.

East of West, de la SF mâtinée de post-apo, un peu complexe mais intéressant, de Jonathan Hickman et Nick Dragotta (2 tomes parus).

Le Château des étoiles d’Alex Alice où la conquête de l’espace commence un siècle plus tôt.

Saga, un space opera flamboyant avec des personnages originaux et attachants, de Brian K. Vaughan et Fiona Staples (3 tomes parus).

Steampunk, De vapeur et d’acier de Xavier Mauméjean et Didier Graffet où textes uchroniques et illustrations se répondent pour offrir un monde différent.

Übell Blatt, manga de dark fantasy de Etorōji Shiono.

Urban, 3 tomes, Roberto Ricci et Luc Brunschwig. SF, brillant.

Films (dispos en DVD) :

DVDnoelPSFsmall

 

Captain America, le soldat de l’hiver, Cap., le Shield, Natasha Romanov.

Chuck, de Josh Schwartz et Chris Fedak (5 saisons, terminée) : un série SF et d’espionnage geek à souhait, et bien fun, avec un acteur principal plus charismatique qu’il n’y parait. C’est déjanté. Si vous êtes nés dans les années 70/80 c’est vraiment la série que vous pourriez « kiffer grave ».

Edge of tomorrow, où la boucle temporelle dans une guerre apocalyptique secoue le spectateur.

Il était temps, de Richard Curtis (Comédie dramatique et voyage dans le temps) : une comédie dramatique sur l’amour, non seulement conjugal mais aussi filial. Sur ces petites choses qu’on aimerait pouvoir corriger, et sur ces grands événements qu’on voudrait contrôler ou empêcher. C’est une magnifique histoire de famille et de vie, à la fois drôle et triste, portée par des acteurs à la hauteur.

Les gardiens de la galaxie, car je s’appelle Groot.

L’ile de Giovanni, pour les émotions.

Only Lovers Left Alive, le meilleur film de vampires depuis une éternité.

Maléfique, un film sur une sorcière qui ne l’est guère.