Interview des membres de la communauté Planète-SF #6 : Alias

DSC00865-small
Photo prise par Iris Benesch.

Tchô. Stéphane « Alias » Gallay, graphiste de profession, historien de formation, rôliste de longue date et grand consommateur de science-fiction et de fantasy depuis encore plus longtemps.

J’entretiens un vague complexe d’auteur semi-raté, avec dans ma besace un jeu de rôles de science-fiction, Tigres Volants, plus quelques projets de textes dans ce même univers.

A part ça, je suis Suisse et Français et, en toute logique, j’habite à Genève. J’aime d’ailleurs beaucoup parsemer ma prose d’helvétismes qui font mailler les Frouzes.

Pourquoi t’intéresses-tu aux littératures de l’imaginaire ? As-tu des livres et auteurs cultes ?

Techniquement, je pense qu’on peut dire que toute littérature est « de l’imaginaire ».

Dans mon cas, il se trouve que j’ai toujours aimé lire et que je suis tombé assez tôt dans la science-fiction (surtout) et le fantastique (un peu). Mon adolescence a en partie été façonnée par les Fleuve Noir Anticipation (et les San-Antonio, mais c’est une autre histoire).

J’ai assez peu d’auteurs-culte, à part peut-être Nicolas Bouvier, un grand voyageur originaire de Genève lui aussi, et qui a écrit sur ses périples à travers un monde qui peut en remontrer à pas mal d’univers de SF en matière d’exotisme.

Sinon, dans les ouvrages-cultes, je pense que En terre étrangère, de Robert Heinlein rentre dans cette catégorie, ainsi que L’usage du monde, dudit Nicolas Bouvier. Plus récemment, j’ai été soufflé par The City & The City, de China Miéville.

Quelle est l’histoire de ton blog ? Y parles-tu uniquement de littératures de l’imaginaire ?

Blog à part, troisième époque, est le lieu où je parle de tout ce qui m’intéresse. Autant dire que c’est assez éclectique.

Sa première incarnation date de septembre 2003, mais avant ça, je m’épanchais régulièrement (en anglais) sur un site US, qui s’appelait Kuro5hin. Cette nouvelle version, sur laquelle j’ai essayé de rapatrier tous mes anciens billets de différents horizons, date de début 2009 et a récemment dépassé les 2000 articles.

Il y a certes des littératures de l’imaginaire, sous forme de livre ou de bandes dessinées, mais aussi du ciné, du jeu de rôles et beaucoup, beaucoup de musique. Je suis un fan de rock et de métal progressif, un genre qui s’est d’ailleurs passablement inspiré de la science-fiction et de la fantasy.

De temps à autres (genre, tout les vendredi), je râle sur un sujet de société: revenu de base, logiciel libre, copyright madness et autres.

Les-Etoiles-s-en-balancentPour terminer, lesquelles de tes récentes lectures nous conseillerais-tu ?

J’ai été très impressionné par la récente anthologie This Is How You Die, suite de Machine of Death, qui parle de ce qui se passe quand les gens peuvent apprendre la façon dont ils vont mourir. Le premier était sympa, celui-ci est vraiment ébouriffant.

En français, j’ai bien aimé le post-apo « verlangérien » de Laurent Whale, dans Les Étoiles s’en balancent, ainsi que la première intégrale des nouvelles du Projet Bradbury, de Neil Jomunsi.

Vous pouvez retrouver le blog d’Alias en cliquant sur la bannière ci-dessous :

blogapart

N’hésitez pas à nous rejoindre sur le forum du Planète-SF pour partager vos lectures, et bien plus encore.

Ceux qui souhaitent également être interviewés, vous pouvez vous signaler ici.

Merci de partager...Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Pin on Pinterest
Pinterest
Email this to someone
email

3 réflexions au sujet de “Interview des membres de la communauté Planète-SF #6 : Alias”

Répondre à Alias Annuler la réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.