La cinquième saison – Cérémonie de félicitations pour le Prix PSF 2018

Les Utopiales 2018 ont été l’occasion de féliciter chaudement Thibaut Eliroff pour la publication de La cinquième saison, de N. K. Jemisin, traduit par Michelle Charrier.

Cet excellent roman à la lisière de deux genres est le premier tome d’une trilogie si brillante qu’elle a gagné trois prix Hugo consécutifs.

Ce premier tome a aussi gagné le Prix Planète-SF des Blogueurs 2018.

N. K. Jemisin ne passant pas en France pour le moment, le jury a donc été très heureux d’exprimer un satisfecit sincère à l’éditeur français de la dame et en a profité pour lui poser trois petites questions.

Gauche à droite : C. Jeanneret, Lhisbei, T. Eliroff, Gromovar, Lorhkan, Anudar
Photo C. Slazak

1. Comment le choix de publier « la cinquième saison » et le reste de la trilogie s’est-il effectué ?

De manière assez classique : l’agent de l’auteur m’a envoyé le tome 1, je l’ai fait lire à un lecteur qui m’en a dit beaucoup de bien, je l’ai lu à mon tour et l’ai trouvé formidable, et nous avons acquis les droits de publication de la trilogie entière. Le roman figurait déjà parmi les finalistes du prix Hugo, ce qui est en général plutôt bon signe.

T. Eliroff et Gromovar encadrent La cinquième saison, Prix PSF 2018 – Photo C. Slazak

2. Les retours des lecteurs vous ont-ils surpris ?

Je suis tombé sur quelques réactions carrément misogynes. Des lecteurs se sont visiblement émus du fait que la plupart des personnages sont des femmes et y ont vu un manifeste féministe, voire un complot du grand tout… Je suis tombé de ma chaise ! Mais au-delà de ces quelques illuminés, les réactions des lecteurs ont été bonnes. Ce n’était pas gagné : quand un livre est autant auréolé par la critique, on l’attend au tournant.

3. Quelles thématiques de la série vous parlent le plus ?

Il y en a beaucoup. J’ai toujours été impressionné par les planet opera à très long terme ; Helliconia de Brian Aldiss, par exemple, m’avait énormément marqué.

Pour en revenir à La cinquième saison, imaginer un avenir si lointain et le rendre crédible (compte tenu des bouleversements géologiques dont je ne dévoilerai pas ici l’origine pour ne pas gâcher le plaisir de ceux qui ne l’ont pas encore lu), sans pour autant en faire un catalogue de ce qui nous attend, est un tour de force.

Par ailleurs, une des plus grandes réussites de l’auteur est d’avoir su adapter la psychologie de ses personnages à leur environnement. Les pensées et les réactions des protagonistes peuvent parfois nous apparaître étranges, mais en réalité elles sont logiques si l’on tient compte de ce qu’ils vivent et de la façon dont l’espèce a évolué. Cela influence les relations entres les êtres, au sein du couple, de la famille, du groupe… Il y a une dimension presque sociologique dont on finalement assez peu parlé, mais qui me semble centrale.

Nous remercions encore une fois Thibaut Eliroff pour la sympathique petite cérémonie, et nous souhaitons longue vie et prospérité au roman et à ses suites.

Le jury entoure Thibaut Eliroff – Photo C. Slazak

La cinquième saison, de NK Jemisin, Prix Planète-SF 2018

Le jury PSF a délibéré le lundi 10 septembre. Il a décidé d’attribuer le Prix Planète-SF 2018 à La cinquième saison, de NK Jemisin.

 

Choisir est de tous les actes l’un des plus douloureux, car choisir c’est renoncer. Renoncer à cette autre chose qu’on voulait pourtant aussi, chasser cette autre chose hors de la lumière de l’intérêt manifesté et la renvoyer dans l’obscurité des potentialités non réalisées.

De ce point de vue, la délibération 2018 a sans doute été la plus douloureuse de toute l’histoire du Prix Planète-SF.

Quatre livres étaient en lice ; quatre livres qui tous, chacun pour une raison différente, méritaient de gagner. Méritaient de gagner, ce qui signifie, d’abord « méritaient de ne pas être éliminés lors de la délibération ».

Mais il ne peut en rester qu’un, et, phase de vote après phase de vote, la shortlist fut réduite par le jury jusqu’à son essence primordiale. A la fin ne restait plus que La cinquième saison, premier tome de la trilogie de La Terre fracturée de N.K. Jemisin.

La cinquième saison, de N. K. Jemisin. Un livre mémorable. Prix Hugo 2016, Prix Sputnik 2016, nominé Nebula et World Fantasy. Un palmarès impressionnant, confirmé par les Hugo 2017 et 2018 obtenus par les tomes 2 et 3 de la trilogie. Trois Hugo consécutifs pour les trois tomes d’une trilogie, c’est une première historique.

Les jurés du Prix Planète-SF auraient pu vouloir se démarquer de la clameur générale. Ils auraient pu considérer que Mme Jemisin avait une notoriété à laquelle ils ne pouvaient plus rien ajouter. Ils auraient pu vouloir se distinguer d’un Hugo que son caractère grand public rend parfois sensible aux emportements du moment.

Mais, Rousseau l’écrivait lui-même il y a deux siècles : « la volonté générale est toujours droite & tend toujours à l’utilité publique…Si, quand le peuple suffisamment informé délibère, les Citoyens « n’avaient » aucune communication entre eux, du grand nombre de petites différences « résulterait » toujours la volonté générale, et la délibération « serait » toujours bonne. »

Elle le fut pour le Hugo 2016. Elle l’a été aussi pour le PSF 2018. La cinquième saison gagne le prix PSF 2018 car c’est un excellent roman. Worldbuilding, construction, personnages, traitement thématique, écriture, rien ne peut être reproché à ce texte, bien au contraire, tout peut y être loué. Cette histoire de cataclysme, de préjudice, de désespoir et de vengeance est un sans faute intégral. Elle mérite à ce titre d’être une fois encore mise à l’honneur, maintenant en France et dans la version traduite par Michelle Charrier.

Bravo à N. K. Jemisin pour ce livre, bravo à Michelle Charrier pour la traduction, et bravo à Nouveaux Millénaires et singulièrement à Thibault Eliroff pour le choix de publier en France ce roman majeur qui entre dans l’Histoire du genre et y restera comme un tournant.

PSF 2018 : le choix des forumeurs

Du 7 au 22 juin, les forumeurs inscrits sur le Planète-SF votent pour choisir le premier livre de la short-list pour l’édition 2018. Chaque forumeur/chroniqueur peut voter pour un à trois livres (dans l’ordre de préférence s’il y en a plusieurs).

Vous pouvez voter ci-dessous (sous le point de règlement). Si la chronique du (ou des) livre(s) choisi(s) (même courte et/ou seulement sur le forum) n’est pas encore écrite, il vous faut donc l’écrire et la mettre en ligne avant de voter.

Les membres forumeurs du PSF nominent un livre pour la short-list du Prix PSF. Les jurés PSF n’ont pas le droit de participer à cette phase.
Les livres arrivés en short-list l’année précédente ne sont pas nominables.
Le livre nominé par les forumeurs est déterminé par un vote.
Le système de vote secret est fourni aux forumeurs dès le 1er juin par le jury, et le vote est ouvert pour 2 semaines, du 1er au 15 juin.
Les forumeurs sont libres de faire toute campagne qui leur serait agréable, y compris avant l’ouverture du vote.
Il n’y a pas de préliste. Chaque forumeur qui le souhaite désigne de 1 à 3 livres, classés s’il y en a plusieurs. Le(s) livre(s) désigné(s) doit avoir été chroniqué(s), au moins brièvement sur le forum, par celui qui le(s) désigne.
Le livre désigné en premier (le préféré) score 3 points, l’éventuel second 2 points, l’éventuel troisième 1 point. Les comptes sont faits par le jury au vu des votes reçus.
A l’issue des deux semaines de vote, celui-ci est déclaré clos et l’ouvrage ayant obtenu le plus de points est désigné publiquement comme Choix des Forumeurs (en cas d’égalité de points, le jury est souverain pour déterminer un moyen de départage qui sera rendu public). Le Choix des Forumeurs est le premier ouvrage désigné de la short-list du Prix PSF.

PSF Lorhkan félicite Jo ‘Mes vrais enfants’ Walton à Saint-Malo

Enfin !

Au festival Etonnants Voyageurs de Saint-Malo, autour du 20 mai, PSF Lorhkan a pu rencontrer Jo Walton in the flesh afin de lui transmettre de vive voix les félicitations du jury pour le toujours excellent Mes vrais enfants, Prix Planète-SF 2017.

Un petit moment sympathique pour une rencontre aussi nécessaire que justifiée.

Live long and prosper, Jo !

Mes vrais enfants, de Jo Walton, Prix Planète-SF 2017

Oyez ! Oyez ! Bonnes gens.
 
Mes vrais enfants, de Jo Walton,

est le lauréat 2017 du Prix Planète-SF des Blogueurs.

Il a surpassé, lors de la délibération du jury, les trois autres excellents shortlistés :
Infinités, de Vandana singh
Luna, de Ian McDonald
Planetfall, de Emma Newman

Félicitations à Jo pour cette double uchronie bouleversante. Félicitations aussi à Florence Dolisi pour sa traduction. Félicitations enfin à Denoël Lunes d’Encre pour son soutien ancien à Jo Walton.

Rappelons que le trophée physique ne sera plus remis aux Utopiales mais ultérieurement aux Intergalactiques.

Prix PSF 2017 : un premier livre pour la shortlist

Le vote des forumeurs pour le premier roman de la short-list est clos depuis minuit. Les forumeurs PSF ont décidé. Ils ont choisi Mes vrais enfants, la superbe double uchronie de Jo Walton, chez Denoel Lunes d’Encre.

Mes vrais enfants est donc le premier livre à entrer dans la short-list du Prix Planète-SF des Blogueurs 2017.

Ce choix collectif maintenant connu, le cercle plus restreint des Jurés du Prix va rapidement sélectionner par un scrutin interne les trois autres livres qui composeront la short-list définitive (qui sera publiée sous peu) sur laquelle le jury délibèrera pour attribuer le Prix Planète-SF des Blogueurs 2017.

 

Outre Mes vrais enfants, ont aussi obtenu au moins un suffrage (voire bien plus) :

Afterparty, Daryl Gregory

Au-delà du gouffre, Peter Watts

Bois d’ombre, Nathalie Dau

Célestopol, Emmanuel Chastelière

Dark Matter, Blake Crouch

Djinn, Jean-Louis Fetjaine

L’inclinaison, Christopher Priest

Latium 1, Romain Lucazeau

Le bibliomancien 1, Jim C. Hines

Le club des punks contre l’apocalypse zombie, Karim Berrouka

Le fleuve céleste, Guy Gavriel Kay

Le problème à trois corps, Liu Cixin

Les douze rois de Sharakhaï, Bradley P. Beaulieu

Les seigneurs de Bohen, Estelle Faye

Les terres de l’Est, Chloé Chevalier

Luna 1, Ian McDonald

Planetfall, Emma Newman

Sénéchal, Grégory Da Rosa

Shakti, Stefan Platteau

Water Knife, Paolo Bacigalupi

Félicitations à tous.